top of page
FRMJC CA.png

Ma formation civique et citoyenne dans l'Aube: 3 jours de partage et sensibilisation!


Bonjour !


Je suis Mackenley, service civique à la FRMJ-CA depuis mi-janvier dernier. Après un premier mois plus que positif à la structure, je vais vous partager à présent cette belle expérience vécue avec mes collègues de travail dans l’Aube dans le cadre d’une formation autour du thème « Solidarité et Citoyenneté ».

Cette formation s’est tenue au centre sportif de l’Aube pendant 3 jours mettant en évidence divers sujets de discussion, jeux complémentaires, échanges entre les volontaires, débats etc.



Salle de la formation
Salle de la formation


Tout d’abord, nous avons quitté Reims très tôt le lundi 12 février pour nous rendre au centre sportif de l’Aube où la formation devait avoir lieu. Nous avons utilisé la voiture de la FRMJ-CA car le trajet était assez long et nous sommes arrivés vers 9h30 à destination.

A notre arrivée, nous avons été bien accueillis, on a fait connaissance avec les formatrices et les autres volontaires venant d’autres structures puis nous nous sommes installés.

Ce premier jour était consacré principalement à la découverte les uns les autres, c’est-à-dire non seulement échanger entre nous concernant la vie personnelle, nos missions au sein de nos structures respectives, notre projet professionnel et nos passions.

 

Pour cela, on a organisé un petit jeu de présentation, le but ayant été de récolter des informations personnelles de son binôme et de les présenter au reste du groupe. Nous avons détaillé un peu ce qu’on avait  chacun comme missions, évoquer nos origines, nous projeter dans le futur en ce qui concerne notre carrière professionnelle et enfin nos occupations personnelles durant notre temps libre.

 

Par ailleurs, nous avons organisé un jeu concernant les droits et les intérêts en opposant deux camps autour de l’affirmation suivante « L’humain se bat plus pour ses intérêts que pour ses droits ». Chaque volontaire devait choisir d’être d’accord ou non avec cette phrase et expliquer pourquoi en avançant des arguments. C’était assez tranché au niveau des votes finalement puisqu’on ne pensait pas tous de la même manière même s’il y avait des avis similaires.


Puis, l’on a également eu l’occasion de déjeuner ensemble ! Cependant, l’après-midi était un plus compliqué puisqu’on était un peu fatigué par le trajet. Toutefois, cette première journée était globalement satisfaisante malgré la fatigue.


La deuxième journée était plus vivante et plus chargée en activités et personnellement je me sentais déjà plus à point comparée à la première. Les sujets de cette journée englobaient la question des inégalités de richesses dans le monde dans un premier temps puis la notion d’engagement sous différentes formes.

Pour ce faire, un petit exercice a été mis en place par les formatrices afin de déterminer la répartition des richesses dans le monde pour que l’on soit le plus proche possible de la réalité. Nous avons installé deux tables sur lesquelles on a posé cinq morceaux de papier de « 20% » représentant au total la répartition mondiale des richesses. Puis, à l’aide de tablettes de chocolat, on s’est concerté afin de répartir les richesses entre les plus riches et les moins riches.



Jeu sur la répartition des richesses dans le monde
Jeu sur la répartition des richesses dans le monde

Nous avons passé environ un quart d’heure à discuter pour avoir la meilleure répartition possible, tout le monde a essayé de faire des propositions  à un tel point que nous avons eu même des désaccords à un moment donné. Néanmoins, c’est ce que j’ai trouvé intéressant parce que nos points de désaccord ont nourri l’esprit de débat. Et nous avons pu enfin se concerter en prenant en compte l’avis de chacun. Par conséquent, notre répartition n’était pas loin de la réalité. Même si j’avais à peu près une idée de cette répartition mondiale, j’ai été un peu surpris de savoir que les plus riches détenaient plus de 90% de la richesse mondiale et que les plus démunis n’en détenaient que 5% environ. Cela témoignait de l’écart colossal des inégalités de richesse mondiales !


L’autre sujet important abordé au cours de cette deuxième journée a été l’engagement. Chaque volontaire devait prendre deux images à chaque fois et expliquer pourquoi elles symbolisaient au mieux l’engagement à titre personnel.

Les images qui selon moi représentaient au mieux cette notion d’engagement étaient une femme avec un enfant dans ses bras et des militaires à bord d’un hélicoptère, parce que j’ai supposé que la femme était mère et selon moi c’est une forme d’engagement envers l’enfant permettant de grandir dans les meilleures conditions. Puis j’ai choisi l’image de l’armée parce que je considère que c’est un engagement fort envers son pays, pour sa défense et sa souveraineté.

La journée s’est clôturée avec un petit jeu autour de l’ « éducation populaire ». J’avais déjà entendu le terme mais je m’étais trompé sur sa vraie définition. En effet, l’éducation étant un processus visant à faire évoluer les individus et la société en dehors des cadres d’apprentissage traditionnels. Le jeu consistait à associer ou pas, des mots correspondant à ce terme d’éducation populaire. Ce jeu n’a pas mis tout le monde d’accord puisque des volontaires pensaient différemment et n’étaient pas d’accord avec certains mots associés. Mais c’est ce que j’ai aimé aussi car encore une fois cela a engendré le débat !


Après une journée bien remplie, nous avions décidé d’aller nous promener en ville afin de se détendre un peu, c’était le moment pour nous de d’échanger encore plus, de manger ensemble, de prendre des photos de souvenir etc.



Dîner entre les volontaires
Dîner entre les volontaires



Enfin, nous voilà arrivés à la troisième et dernière journée de notre formation. Le sujet principal abordé au cours de cette journée était l’interculturalité. Pour l’occasion, nos formatrices nous ont proposés un jeu où l’on devait, à partir d’un ensemble de sept mots dont la ségrégation, le stéréotype, le racisme, le préjugé, le harcèlement, l’intolérance et la discrimination, trouver leur définition puis d’y associer des situations correspondantes. Pour cela, on était en groupe et devait trouver la association avec la concertation des membres de chaque groupe. Donc, c’était un exercice assez facile. Je dirais que ce jeu nous a permis de mettre en évidence ces problèmes dans notre société voire dans le monde.






Ensuite, nous avons eu un autre exercice où l’on devait, en groupe et sur une feuille,  énumérer toutes les caractéristiques d’un animateur. D’un côté les éléments caractérisant sa posture de de l’autre son rôle. Encore une fois, tous les membres ont fait des propositions et à la fin, nous les avons présents aux autres volontaires. Et, nous avons constaté que pour être animateur, les qualités principales sont la créativité, la pédagogie, la bienveillance, le sens de l’écoute, le sens des responsabilités, l’esprit d’équipe et la maîtrise des techniques d’animation. Je ne dirais pas cela m’a forcément donné l’envie de devenir animateur mais c’est un métier agréable à mon avis.


Pour terminer cette formation civique et citoyenne, on devait réaliser soit un article, un dessin, une fresque afin de résumer les trois jours, et nous n’avions que vingt minutes à disposition. Au sein de mon groupe, nous étions partis pour réaliser un article de presse mais nous nous étions rendus compte que le temps pressait, nous avions finalement opté pour une interview qui nous semblait plus simple et concis. Le but était de d’interviewer chaque membre et de lui demander de faire part de son ressenti. L’autre groupe de son côté a choisi de réaliser une fresque. On était plutôt satisfaits du résultat.

Voilà comment s’est clôturée notre formation !

 

Globalement, je dirais que cette dernière m’a apporté beaucoup de choses parce que c’était l’occasion pour moi d’explorer plus ou moins en profondeur des valeurs sociales fortes telles que la solidarité, la citoyenneté, l’interculturalité d’un côté et de l’autre de mettre en lumière des freins sociaux comme les disparités mondiales, le racisme, la discrimination afin d’encourager les autres personnes à prendre conscience de la situation et les inciter à agir.

Je tiens à remercier les formatrices de leur disponibilité et de leur bonne humeur véhiculée tout au long de cette formation. Si c’était à refaire, ce serait avec grand plaisir !


 

Mackenley, le 22/02/2024

 

Comentários


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page